TRAITEMENT D’UNE FOURBURE ALIMENTAIRE CHEZ UNE JUMENT DE 3 ANS

Alexandre Chichery, Docteur Vétérinaire, 112 Avenue Victor Hugo L-1750 Luxembourg

vetosource@gmail.com

+352-671-511-437

 

 

 

INTRODUCTION

Nous présentons ici le cas clinique d’une pathologie classique, très fréquente chez les chevaux et parfois lourde de conséquences : une fourbure d’origine alimentaire. Cette pathologie reste un problème majeur de l’orthopédie équine tant par les difficultés de la prise en charge thérapeutique que par le pronostic vital qui peut être engagé (1, 2). Appelé en tant que praticien en ostéopathie pour un mal de dos sur un cheval cyphosé, ce sont les compétences du vétérinaire qui sont requises pour poser un diagnostic et apporter les premiers soins d’urgence. La complémentarité de l’approche manuelle et des techniques ostéopathique permet d’envisager la prise en charge de l’animal avec une meilleure compréhension de sa pathogénie et d’offrir un éventail de traitements plus large. Ainsi, le pronostic peut être amélioré.

ANAMNESE

Eden nous est présentée pour « un mal de dos », elle se déplace mal, le dos voussé. Elle a peut être fait une chute ou pris un coup".

Eden est une jument de robe Palomino de 3 ans, montée une fois par semaine pour le loisir, multi-origine et d’environ 400kg (Fig. 1). Elle vit au pré et reçoit une ration de son « mélassé » (son broyé en granulé trempé dans de la mélasse) 48h avant notre visite, tout le restant de sac a été donné car il commençait à moisir. Les prés sont secs, le sol dur et les points d’eau taris.

Eden est vermifugée à l’ivermectine  tous les 6 mois, mais n’est pas vaccinée contre le tétanos. Elle n’a aucun autre antécédent médical qu’une colique survenue 18 mois auparavant.

 

 

Figure 1. Eden au pré portant des prothèses sur les antérieurs (Photo © Sandrine Jeulin).

EXAMEN CLINIQUE

a- Examen général

- Les muqueuses sont injectées.

- De forts borborygmes sont audibles à l’oreille nue.

- Le rythme cardiaque est à 90 bpm.

- La température rectale est de 39.6°C.

- A l'auscultation, le péristaltisme intestinal est accéléré, et les crottins sont bouseux.

- L’animal ne présente aucun symptôme neurologique qui pourrait évoquer une intoxication ou un traumatisme du système nerveux central ou périphérique

- Eden est en tension musculaire générale permanente et non spastique.

b- Examen de l’appareil locomoteur

- Examen Statique: Eden est en cyphose, le ventre est relevé et tendu. Eden reporte fortement soin poids vers l’arrière main. Son équilibre transversal n’est pas modifié. L'arrière main présente un volume plus marqué que l'avant main. Les paturons et boulets des antérieurs également au regard des postérieurs. Le pouls digité est marqué sur les deux antérieurs. L'antérieur gauche est plus chaud que le droit. Un œdème est présent du paturon au boulet sur les deux antérieurs. Le test à la pince GE est faiblement positif sur les deux pieds. Le dos n'est pas sensible mais l'ensemble du corps est extrêmement tendu.

- Examen Dynamique : La jument se déplace en main, avec difficulté, par salves et reporte son poids sur les postérieurs. Compte tenu de son inconfort, aucun examen dynamique supplémentaire n’est mis en œuvre.

c- Examen palpatoire ostéopathique

Examen palpatoire : Tension bilatérale des maxillaires et des muscles latéraux  de l’encolure, muscles omotransversaires et le  garrot (Fig. 4). Les trigger points* du  garrot sont positifs (points d'acupuncture* Vessie 11 -12- 13). Les trigger points subscapulaires  et le point d'acupuncture Ig14* sont positifs à droite et à gauche. On trouve des tensions en face interne et palmaire des membres antérieurs du métacarpe (MTC) à l’olécrane, ainsi que le long de la raie de misère du membre postérieur gauche. Une douleur se manifeste à la palpation de la face médiale du membre, en arrière du plateau tibial gauche. Les muscles lombaires, psoas, fessiers, quadriceps et tenseur du fascia-lata sont contractés. Les fascias thoraco-lombaires, glutéal, fémoral, lata, cervical, omobrachial, brachial et antébrachial sont en tension exagérée, le thoracolombaire est le plus tendu. La fixation des chaines faciales (sensu F. Fosse (3)) de la main avec hyper-extension positionnelle des extenseurs et rotation externe des membres exerce une traction sur la loge des fléchisseurs.

Tests de mobilité: Ils sont difficiles à réaliser compte tenu de la souffrance de l’animal et de sa difficulté à lever les membres. Nous décidons de nous en passer dans un premier temps et de les réaliser lorsque l’animal aura recouvré quelque confort.

d- Examens complémentaires

Compte tenu des symptômes alarmants et du risque d’atteinte organique, nous décidons de réaliser une numération formule sanguine (NFP) ainsi qu’une analyse des paramètres biochimiques hépato-rénaux. La formule sanguine est peu modifiée, l’hématocrite augmenté. Les transaminases sont un peu hautes, et l’urée est basse.

DIAGNOSTIC

a- Hypothèses diagnostiques :

-         Abcès des pieds.

-         Traumatisme de l’appareil locomoteur.

-         Intoxication, intoxination.

-         Fourbure.

-         Tétanos

-          

-         .

b- Diagnostic différentiel :

Au vu des résultats des analyses sanguines, l’origine infectieuse est écartée malgré l’hyperthermie. L'absence de douleur localisée et asymétrique écarte un traumatisme local. L'absence de signes nerveux élimine les mycotoxines, l'ajustement normal de la membrane nictitante,  le tétanos. Le tableau clinique :

-         Apparition soudaine de troubles généralisés de l’appareil locomoteur

-         Hyperthermie

-         Borborygmes et accélération du péristaltisme

-         Prise d’un complément alimentaire frelaté

-         L’ensemble des tensions musculaires observées

nous oriente vers un diagnostic de fourbure d’origine alimentaire.

A ce stade, le diagnostic ostéopathique rend compte de l’extrême tension généralisée du système musculo-squelettique et fera l’objet d’une nouvelle évaluation après la prise en charge de l’urgence médicale.

TRAITEMENT

J0 : jour de la première visite et de la prise en charge médicale :

-         Sondage naso-oesophagien, administration de 2.5 l de paraffine par la sonde.

-         FinadyneND10ml IM

-         IntramycineND 40 ml IM en deux points.

-         Ringer lactateND 6 litres IV

-         EnergidexND 1 flacon IV

-         CalmivetND 1 ml IM

Les propriétaires sont sollicités pour pratiquer trois bains de glace quotidiens, le froid étant parfaitement indiqué pour cette pathologie (4; Fig. 2) et une injection matin et soir de 1 ml de CalmivetND.

 

A                                                                                                                    B

Figure 2 : Illustrations de l'importance du réseau sanguin et dans la main du cheval. A, d’après Pollit C. (5), B, d’après Barone R. (6).

J1 : la jument est peu améliorée :

-         TR 38.8 °C

-         Battements cardiaques 80 bpm

-         Evacuation fréquente de bouses molles

-         Oedèmes des boulets persistant

-         Les pouls digités restent marqués sur les deux antérieurs

-         Eden persiste à soulager ses antérieurs et à reporter son poids sur les postérieurs

Le diagnostic de fourbure est confirmé et le pronostic vital est engagé (Fig. 3).

 

 

Figure 3. Tableau synthétique des symptomes en fonction de la phase de fourbure d’après Desbrosse F & Vandeweerd JM (2)

Nous décidons alors de la pose de coussins sous la sole 2/3 palmaires du pied afin de répartir les charges sur le pied et de remplacer un sol meuble (1, 7).

J2 : Eden se déplace  mieux avec les prothèses qui sont mises à mal par les bains de pieds glacés. Cependant, si la locomotion redevient problématique en l’absence prothèses, les aplombs sont corrects, l’équilibre d’Eden est rétabli. Elle prend appui sur ses antérieurs sans reporter son poids vers l’arrière . Grâce à l'effet combiné du traitement médical (allopathie) et physique (cryothérapie), il est maintenant aisé de prendre les pieds d’Eden, de mobiliser l’animal et d’envisager d’établir un diagnostic ostéopathique complet.

 

REEVALUATION EN OSTEOPATHIE A J2

La tension musculaire générale est améliorée et la posture de la jument est redevenue normale.

Examen palpatoire :

La densité tissulaire reste marquée par ordre décroissant : sur les pieds antérieurs, les genoux, les cervicales, les lombaires 3 à 5, la sacro-iliaque et le grasset gauche.

Tests de mobilité :

La mobilisation passive révèle :

-         C7-T1* est en fixation Flexion Rotation Side-bending (FRS) gauche (G).

-         C0 à C2 sont en FRS.

-         ATM* est en restriction de mobilité à gauche.

-         T4 à T10 en FRS.

-         Le Fascia-lombaire à gauche en spasme.

-         L3-L4-L5 en FRSG.

-         Hyper-extension du grasset gauche avec postériorisation fémorale sur le tibia. Le test par pulsion de la rotule dans sa trochlée fémorale entrainant une hyper-extension du grasset (Test du grasset) gauche est mal toléré.

-         Ménisques gauches en position antérieure surtout le latéral.

-         Le sacrum est en Flexion avec une fixation sacro-iliaque postérieure gauche.

-         Le bassin n'est pas totalement mobile dans le sens sagittal.

-         Sur les membres antérieurs, la flexion des carpes et des articulations inter phalangiennes P2/P3 est douloureuse.

TRAITEMENT OSTEOPATHIQUE à J2

La Figure 5 présente le schéma lésionnel et postural d’Eden ainsi que les étapes du traitement notées de 1 à 5 et décrites ci après dans l’ordre chronologique.

1 -Déroulement tissulaire sur P3-P2-P1-OSD* et succession de Thrusts* dans les trois plans afin de libérer tous les mouvements possibles des surfaces articulaires puis la manipulation structurelle directe sur l'articulation du genou afin de réaligner les tensions canon, os du carpe et radius, par la technique du DV Giniaux : saisie du canon à deux mains et pulsion sur le pied en maintenant le canon à la verticale, visant à réaligner canon os carpaux radius.

1.5-2 - Libération C0-C2* en rétablissant le fonctionnement de la sphère linguale hyoïde et ATM par ma technique mise au point en 2009 : traction douce sur la langue du coté de la fixation avec main opposée en appui sur l'ATM controlatérale. Cette phase facilite souvent la normalisation des tensions par technique myotensive indirecte de C4 à C7.

3 - Accès à la chaine fasciale thoraco-lombaire et normalisation par déroulement tissulaire* : une traction douce et progressive synchrone de la respiration du cheval  sur l'antérieur droit et le postérieur gauche successivement permet le déroulement des fascias et la résilience aux insertions. Il est aussi possible de faire précéder ce travail d'un déroulement tissulaire sur les cotes afin d'éviter les réactions trop vives lorsque le fascia thoracolombaire est fort spasme.

4-5 - Enfin normalisation de l'articulation du grasset, de la hanche et des fascias de la région et de la sacro-iliaque postérieure gauche en accompagnant en abduction l'extension du postérieur gauche membre levé, technique de trust du Dv Giniaux.

 

Figure 5. Schéma lésionnel et postural d’Eden. Les zones vertes représentent les points d'acupuncture : aux pieds antérieurs TR1, MC9, C9; aux pieds postérieurs Est45, VB44, V67 ; aux genoux TR5 ; au carrefour encolure scapula IG14 . Les traits fléchés en rouge représentent les tensions ressenties à la palpation et leur direction. Les chiffres entourés représentent la localisation des actes d'ostéopathie.

RESULTATS CLINIQUES

J3 : Pour la première fois, Eden commence à caracoler sans prothèses. Elle n'accepte plus la glace. Elle est séparée de ses congénères par une clôture et ses incessants aller retour et galopades en bord de barrière ainsi que ses hennissements signent une aisance locomotrice  généralisée et une reprise de moral. La jument intègrera le troupeau le lendemain du soin ostéopathique.

Aucune récidive ou bascule de phalange ne sont constatés.

 

 

 

Figure 4. Posture d’Eden sur ses antérieurs sans prothèse à J2 (Photo © Sandrine Jeulin).

 

 

 

DISCUSSION

Hypothèse pathogénique

Les origines alimentaires de la fourbure ont été largement décrites et des études récentes montrent l’importance d’un apport alimentaire excessif en carbohydrates (8, 9) ainsi que le développement d’endotoxines (10) dans le développement de la fourbure en lien avec les régulations hormonales et en particulier insuliniques. La production d’Oligo-Fructose lors de ces désordres d’origine alimentaires est reconnue pour modifier les taux d’endothelin-1 et d’oxyde nitrique qui jouent un rôle majeur dans la vasoconstriction du pied (8, 9). L’augmentation de ces taux favorise l’apparition de la fourbure. L’apport excessif de son mélassé ainsi que le développement de moisissure sur cet aliment sont en faveur de l’origine alimentaire de la fourbure.

Lors de fourbure, la 3éme phalange bascule passivement par désengrènement des lames pariétales(Fig. 7) et par le poids du cheval (qu'il tente de minimiser par sa posture) (Fig.6). Au fil du temps, le TFPD peut se rétracter et entrainer une tension excessive sur la troisième phalange favorisant la chronicité de la fourbure (Fig. 6).

 

Figure 6. Bascule de P3 lors d’une fourbure et impact de la tension du TFPD d'après Deroubaix-Balay J. (1).

 

Figure 7. Appareil microcirculatoire du dans le tissu d'engrenage du pied au sabot. D’après Barone R. (11).

Sur la base du diagnostic de fourbure, nous pouvons émettre une hypothèse sur la mise en place des lésions et des dysfonctions associées à cette pathologie (Fig. 5).

Lors de la phase aigue de la fourbure, pour soulager la douleur de la 3ème phalange, le cheval se campe en arrière (Fig. 3), ceci a pour effet de reculer l'appui sur P3 en talons soulageant la zone douloureuse en muraille. Cette modification de posture entraine un glissement postéro antérieur de la première rangée du carpe sur la rangée supérieure (voire des deux rangées du carpe) sur le radius-cubitus, ce qui aggrave et entretient la tension sur le TFPD (Fig. 6)et la Bride Carpienne(Fig. 8) et nourrit la bascule active. Le report de poids sur l'arrière main entraine une flexion du garrot.

La douleur plus marquée à l'antérieur gauche a pu induire les dysfonctions en FRSG de C7-T1 et de L3 à L5. Le déséquilibre lombaire a pu entrainer l'hyper-extension du grasset gauche et la caudalisation des condyles fémoraux sur le tibia entrainant elle même les ménisques en position antérieure surtout le latéral.

 

Figure 8. Importance du raccourcissement de la bride métacarpienne dans la fourbure et de sa relation avec le Fléchisseur Profond du Doigt et la chaine musculaire d’après Desbrosse F & Vandeweerd JM (2)

 

Schéma lésionnel

L’analyse des lésions observées et des dysfonctions ostéopathiques permet d’envisager une chaine lésionnelle émergeant des pieds  avec une position antalgique campée du devant contraction du garrot en flexion, flexion contraction des lombaires, des psoas, des fessiers, des quadriceps et du tenseur du fascia lata (Fig. 5). Les chaines fasciales impliquées sont les fascias thoraco-lombaires, glutéal, fémoral, lata, cervical, omobrachial, brachial et antébrachial, le thoracolombaire étant le plus tendu.

Stratégie thérapeutique et résultats

La prise en charge médicale de l’état de choc de l’animal ainsi que la prise en charge de la douleur sont deux éléments clés pour améliorer le pronostic vital de l’animal. Cependant, le traitement local a permis d’améliorer rapidement la fourbure. L’utilisation de glace a permis de limiter la vasodilatation périphérique (Fig. 2) et la pose de prothèses de rétablir une posture phalangienne favorisant le retour à la micro-vascularisation locale (Figs. 6, 7).

Le test à la pince Ge est négatif malgré un phénomène inflammatoire et algique majeur du compartiment du pied. Ce signe est considéré comme un faux négatif cela pourrait être interprété comme un phénomène de paresthésie (12). Ici, on peut raisonnablement considérer que les fixations sont récentes et en rapport avec la fourbure. Les zones présentant les plus fortes densités tissulaires sont évaluées comme prioritaires dans la hiérarchie du traitement ostéopathique. La tension irradiant des pieds vers les genoux, des épaules vers les cervicales et vers l'arrière main via le fascia thoraco-lombaire nous ont orienté vers la prise en charge prioritaire de l'avant main. Cette stratégie est utilisée pour les lésions récentes mais pas pour les lésions ostéopathiques anciennes. Dans ce cas, la lésion primaire est « sensoriellement » isolée. De nombreuses fixations de compensation ou d’adaptation se sont accumulées sur la lésion primaire. Le rôle du thérapeute est alors de dérouler les chaines dysfonctionnelles des conséquences vers la cause. Si la structure est  altérée, la lésion primaire ne sera pas réversible et traitable en ostéopathie, sinon, la lésion primaire désenclavée de ses conséquences tissulaires sera traitée et pourra même se solutionner par elle même.

Au lendemain de l'acte ostéopathique, le comportement et la locomotion de la jument ont été considérablement améliorés. La reprise d’activité de la jument a compromis la poursuite des soins par le froid et le maintien des prothèses. Cependant, la récupération d’Eden a été fulgurante et aucune récidive n’a été déplorée. Une telle amélioration n'est pas habituelle dans ce type de pathologie.

 

 

CONCLUSION

Dans le cas d’une fourbure, dont le pronostic reste toujours réservé, nous avons combiné les renseignements fournis par le diagnostic par palpation des restrictions de mobilité articulaires et des tensions fasciales et tissulaires aux informations fournies par l’examen et la connaissance académique. La prise en charge médicale de l’animal a permis d’améliorer rapidement son pronostic vital. Cependant, ce sont les médecines physiques qui ont permis d’améliorer le confort, la posture et la locomotion d’Eden. Dans un premier temps, la cryothérapie et la pose de prothèses ont probablement favorisé la reprise de la circulation sanguine dans le tissu d'engrenage entre le pied et le sabot, permettant à Eden de recouvrer une posture normale. Dans un second temps, l'ostéopathie aura permis de normaliser la position de P3 et du carpe, évitant le maintient de la traction sur la bride radiale, et de libérer les tensions musculo-articulaires et fasciales périphériques. La vitesse de récupération clinique a été grandement améliorée par rapport aux cas ne bénéficiant pas d’une prise en charge ostéopathique. Eden ne présente aucune récidive à ce jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

         RÉFÉRENCES

         1. Deroubaix-Balay J : La fourbure chez le cheval: étude physio-anatomopathologique et élaboration d’une grille d’évaluation visant à établir le diagnostic et le traitement optimal. Thèse Toulouse, 2003.

         2. Desbrosse F, Vandeweerd JM. La Fourbure chez le cheval, les points clefs. Bulletin des GTV. 2014 ; 81 : 85-86.

3. Fosse F. Intervention chez un taureau reproducteur en médecine manuelle vétérinaire : Lombalgie à la suite d’une saillie. Le Point Vétérinaire, 2016 ; Numéro Spécial (vol 47) p22-26.

4. Demongeot C. La cryothérapie en pathologie locomotrice équine. Thèse Alfort, 2006.

         5. Pollit C. Clinical anatomy and physiology of the normal equine foot. Equine vet. Educ. 1992; 4 :219-224.

         6. Barone R. Anatomie comparée des mammifères domestiques. Volume 2, Arthrologie et Myologie, 2000.

         7. Desbrosse F. Gestion de la douleur liée à l'appareil locomoteur du cheval. Bulletin des journées nationales GTV. 2004 ; 477.

8. Treiber K.H. et al. Insulin resistance in equids: possible role in laminitis. J Nutr. 2006 ; 136 : 2094S–2098S.

9. Renli Jiang et al. Role of insulin during the development
of oligofructose (OF)-induced equine laminitis. Bull Vet Inst Pulawy, 2015 ; 59 : 303-309.

10. Patterson-Kane J.C. et al. Paradigm shifts in understanding equine laminitis. The Veterinary Journal. 2018 ; 231 : 33–40.

         11. Barone R. Anatomie comparée des mammifères domestiques. Volume 5, Angiologie, 2012.

12. Zegarra-Parodi R. Fabre L. Critical analysis of teaching spinal manipulation techniques based on the « Fryette laws ». Kinesither Rev 2009; 96:44-47

 

GLOSSAIRE (*dans le texte)

  • ATM : désigne l'articulation temporomandibulaire D la droite et G la Gauche
  • C : cervicale et le chiffre accolé désigne le numéro de la cervicale 0 représentant l'occiput  ,1 L'atlas , 2 L'axis jusque 7 pour la 7ieme cervicale
  • déroulement tissulaire : correspond à une technique d'ostéopathe permettant la modification d'un tissu palpé avec  souplesse, dans sa densité, son volume , sa forme  , l'orientation de sa tension et l'intensité de sa tension .
  • Fryette: "les lois de Fryette" datent de 1918,et servent à décrire la mobilité des segments vertébraux les uns par rapport au autres sur un squelette mort ,M Fryette ne les a pas appelées "lois", elles sont au vu de la connaissance biomécanique actuelle à nuancer¤13.
  • TFPD: est l'abréviation de Fléchisseur des phalanges
  • J : Abréviation de Jour , J0 est le jour d'ingestion du son moisi J1 le suivant ainsi jusque J8 dernier jour de visite cinquième jour de traitement ,J4 se compose de deux visites .
  • Le Shao yang en médecine chinoise est un étage énergétique parmi 5 autres qui régit la fonction physiologique de circulation des liquides interstitiels , de transport de nutriments , de la vésicule biliaire et de l'estomac
  • Mtc : est l'abréviation de métacarpien
  • P: est l'abréviation de phalange et le Numéro accolé permet de déterminer s'il s'agit de la première pour 1 la deuxième pour deux ou la troisième pour 3 logée dans la boite cornée
  • Structurelle :  Le principe du traitement structurel est d'effectuer un thrust ou une action manuelle d'étirement compression rotation torsion directe sur un muscle
  • T : est l'abréviation de Thoracique et représente la vertèbre, le Numéro accolé permet de déterminée la position de cette vertèbre le long du rachis
  • Thrust : est une technique d'ostéopathie qui  consiste à accentuer  la mise en tension exécutée contre la barrière motrice pathologique dans les limites de la physiologie articulaire .
  • Ting  : sont des points d'acupuncture situés aux extrémités distales des membres, chaque point est rattaché à un des cinq éléments (eau bois feu terre métal)de la théorie médicale ancestrale chinoise, ils sont réputés aussi comme étant des points de commande des méridiens qu'ils terminent ou commencent .
  • Trigger points : ou point gâchette , détente  sont des nodules de micro contracture musculaire.
  • Yu : est un ensemble de points d'acupuncture situés entre le garrot et la croupe sur deux lignes distinctes représentant le trajet du méridien vessie .Ces points correspondent à des fonctions organiques liées à leur appellation respective.

 

 

               Autorisation du Professeur C.Pollit

               Good morning Dear Professor

               I  am looking for your autorisation to use the schema  bellow to illustrate part of my clinical case for examination in veterinary Osteopathics DIE in March 2018 in Nantes , France .

               Best regards

               A.Chichery

               Sure go ahead- authorisation granted

                

               Professor Chris Pollitt BVSc PhD

               Emeritus Professor of Equine Medicine

               School of Veterinary Science

               The University of Queensland

               Gatton Campus, QLD 4343

               AUSTRALIA

               email c.pollitt@uq.edu.au

               mobile 0419 721 682

 

g6681

g6239

g182

Ostéopathe équin *

L'essentiel sur le métier d'ostéopathe équin : ses fonctions, ses compétences ainsi que les qualités requises, formation etc.

http://www.haras-nationaux.fr